L'A.M.i

 - Vivre ensemble avec nos différences

Ce site est destiné aux personnes malades et/ou handicapées, et à tous ceux qui sont concernés par le sujet.

SUIVEZ NOS ACTIONS

et soutenez-nous 

avec

 

L'A.M.I interroge les candidats à la présidentielle et aux législatives

Leurs propositions :

Jean-Luc Mélenchon propose de revaloriser l’AAH, actuellement de 808 euros, "au niveau du Smic" pour les per-sonnes qui ne peuvent pas travailler.
Il souligne sa volonté de faciliter l'accès à l'emploi des handicapés et ajoute que ceux qui ne peuvent pas travailler ne peuvent pas continuer à avoir des revenus "inférieurs au seuil de pauvreté"; il faut porter "au niveau du Smic" l'AAH versée aux personnes atteintes d'un taux d'incapa-cité supérieur ou égal à 80%.
Le Smic se situe actuellement à 1.153 euros nets mensuels, et il propose dans son programme de le porter à 1.300 euros nets. En ce qui concerne l'accessibilité des lieux ouverts au public (commerces, administra-tions, transports...), il a exprimé sa volonté de mettre en oeuvre un "plan zéro obstacle". Une autre priorité est pour lui "l'accès à l'école", avec des personnels enseignants plus nombreux et mieux formés aux handi-caps et des auxiliaires de vie scolaire (AVS) plus qualifiés.

François Fillon déclare que le redres-sement de notre pays doit se faire avec tous et pour tous. La manière dont nous traitons les personnes les plus vulnérables est révélatrice de notre solidarité nationale et de notre fraternité. Le sujet du handicap doit donc être porté de manière transver-sale dans l’ensemble des politiques pu-bliques.
La participation et la citoyenneté des personnes handicapées doit désormais être mise en oeuvre dans toutes ses dimen-sions. Car si la loi de février 2005 pour l’éga-lité des droits et des chances, est porteuse d’avancées décisives pour que toutes les personnes en situation de handicap partici-pent pleinement à la vie de la cité, d’importants progrès restent à faire dans son appli-cation.
Je souhaite mieux prendre en compte le handicap d’origine neurologique dans l’ensemble des politiques publiques, autant sur le champ sanitaire que sur l’accompa-gnement social des personnes concernées et leurs familles. Par ailleurs, il faudra développer des politiques spécifiques concernant en particulier les handicaps visuels, les handicaps auditifs et les handicaps rares. Je veux personnaliser leur accompagnement, simplifier leurs démarches administratives, mieux répondre à leur besoin d’hébergement, améliorer leur accès quotidien à la santé, et répondre à l’angoisse des familles face au vieillissement de leurs proches en situation de handicap.

Emmanuel MACRON : Nous donnerons accès à un(e) auxiliaire de vie scolaire à tous les enfants qui en ont besoin pour avoir une scolarité comme les autres. Ces AVS auront un emploi stable et un salaire décent. Nous augmenterons de 100 euros par mois l’Allocation Adulte Handicapé (AAH).

Benoit HAMON : Pour faciliter la SCOLARISATION des personnes en situation de handicap et pour une école inclusive, je propose de diminuer les effectifs des classes en fonction du nombre d’élèves en situation de handicap. Je renforcerai aussi leur accompagnement en permettant aux personnes en contrat précaire d’accéder à un emploi d’accompagnant d’élèves en situation de handicap (AESH) pérenne. Je ferai également de l’ACCESSIBILITÉ DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR un des chantiers prioritaires du quinquennat.
Nous améliorerons le fonctionnement des MAISONS DÉPARTEMENTALES DES PERSONNES HANDICAPÉES : simplification, personnalisation, réduction des délais, participation des usagers.
Pour permettre le MAINTIEN À DOMICILE, j’augmenterai l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) à domicile de 30 %, j’instaurerai un CRÉDIT D’IMPÔT DE 50 % des travaux d’adaptation des logements au vieillissement, et je lancerai un plan domo-tique.
Pour DIMINUER LA FACTURE DES FAMILLES, je créerai une allocation unique « Bien Vivre en EHPAD » proportionnée aux moyens de chacun.
Je sacraliserai le FINANCEMENT DE PLACES D’ACCUEIL en établissements sociaux, ou médico-sociaux, notamment pour les enfants en situation de polyhandi-cap.
Je faciliterai la vie des salariés en situa-tion de HANDICAP DANS L’ENTREPRISE par l’aménagement des postes de travail et en favorisant le télétravail.
J’augmenterai l’ALLOCATION ADULTE HANDICAPÉ de 10 %. dès 2017.



Depuis 1936, avec et pour les personnes malades, invalides et/ou en situation de handicap, nous agissons au quotidien sans discrimination ni privilège.

NOS FONDAMENTAUX :

PROMOUVOIR

le " Vivre ensemble avec nos différences "

S'ENGAGER

dans des actions de représentation et de revendication

DEFENDRE

les personnes malades et les personnes en situation de handicap

SOUTENIR

ces personnes dans leur quotidien

CONTRIBUER

à leur épanouissement par des activités ludiques, culturelles, sportives,

NOS MISSIONS

  • La promotion du "vivre ensemble avec nos différences"
  • Créer et développer des actions événementielles
  • Avoir une stratégie de communication opérationnelle
  • Faire connaitre notre association, son histoire, son projet et ses actions
  • Communiquer auprès des acteurs politiques, socio-économiques et auprès des médias
  • Adhérer aux instances décisionnelles et consultatives
  • Etre présents dans le cadre d'actions revendicatives
  • Enrichir le réseau partenarial
  • Développer la visibilité de notre action associative au sein des entreprises

Olof PALME Chef d'Etat suédois, en 1985, déclarait :

"Nous, les hommes avons des besoins différents, des qualifications différentes, des forces différentes et des faiblesses différentes. C'est pourquoi la société dans laquelle nous vivons tous ne doit pas être constituée à partir des demandes particulières de quelques-uns. La communauté doit être organisée de telle manière qu'elle convienne à tous. Les besoins des personnes handicapées doivent être pris en compte dans l'organisation de nos sociétés, non parce que nous devons accorder une attention particulière aux personnes handicapées mais parce qu'elles sont des citoyens, comme tous les autres membres de la société."

Mémoire de l'A.M.i

Un devoir de mémoire envers nos anciens ...

Depuis quelques années, les militants de notre génération sont conscients que l'A.M.i a un devoir de mémoire envers les anciens camarades qui ont créé d'abord l'Union Nationale des Tuberculeux Civils, puis la Fédération Nationale des Tuberculeux Civils, ensuite la Fédération Nationale de Lutte Antituberculeuse, pour arriver à ce que notre association A.M.i représente aujourd'hui. Vous trouverez ici le site Mémoire de l'A.M.i de 1935 à aujourd'hui

Formation de l'A.M.i

Chaque comité peut utiliser ce site pour permettre à nos bénévoles et militants de s'y retrouver dans le labyrinthe du Handicap.

Les partenaires de l'A.M.i

des sanas en 1936 à aujourd'hui ...

REvivre le journal de l'A.M.i

Je m'abonne à REvivre ! Tarif pour 1 an : 12 euros